Le simulateur d'aube - études - ZeStress.com
  accueil Bien-être Cadre de Vie Diététique Forme Relaxation
 

Le simulateur d'aube - études


Newsletter
S'abonner Ok

Infos : Simulateur d'aube
En savoir plus
Ses effets prouvés
Faq simulateur d'aube
Etudes
Comparatif

Infos : luminothérapie
En savoir plus
Faq luminothérapie
Que choisir ?
Sad et luminothérapie
Quizz-Test
Interview
Illuminez votre vie
News

Eclairage naturel
Eclairage au travail
Interview
Bienfaits de   l'éclairage naturel

Gestion du stress
Le stress
Gérer son stress
Test
Revues du bien-être
News à lire
Relaxation en ligne

NOTRE BOUTIQUE
Simulateur d'aube
Lumie 300
Lumie 200
Luminothérapie
Sommeil
Travail de nuit
Lumière du jour
Vie pratique
Livres
Photothérapie
CD de relaxation
Oméga 3
Loisirs détente

NOS PROMOTIONS





169 127 €


Autres promos

services clients

• Satisfait ou   remboursé
• Délais de livraison


• Qui sommes-nous ?
• Plan du site
• Nos partenaires

 


LE SIMULATEUR D'AUBE

Le simulateur d'aube :
Le "must" pour un sommeil de qualité, l'amélioration de l’humeur et du niveau d’énergie. C’est ce que tendent à prouver différentes études médicales parues à l’étranger dont nous faisons ici le résumé .

 

1 / L’opinion du Professeur Norman Rosenthal sur le simulateur d’aube

La conception et la mise au point du simulateur d’aube résultent essentiellement des travaux de Michael Terman. Plus récemment le Docteur D. Avery a contribué par ses recherches à améliorer nos connaissances en ce domaine.

L’opinion du Docteur Norman Rosenthal sur la simulation d’aube est des plus intéressantes, parce qu’il est considéré comme ‘’le père fondateur’’ de la luminotherapie classique.

Cette opinion est exprimée dans la dernière édition de son ouvrage ‘’Winter Blues’’, (pages 134-135).

‘’Comment puis je recevoir mon traitement de luminothérapie pendant que je suis endormi ? … Il est curieux de relever que la simulation de l’aube est effective alors que l’utilisateur a les yeux fermés, et que ce traitement met en œuvre une lumière pratiquement similaire à celle des lampes ordinaires…...
Notre opinion est que les yeux sont si sensibles dans les heures précédant le réveil, qu’ils sont capables de répondre, même à de très petits signaux lumineux, transmis à travers les yeux fermés du patient’’.

‘’Les chercheurs ont démontré qu’une simulation de l’aube peut aider les personnes atteintes de dépression saisonnière à se lever le matin et a se sentir mieux pendant la journée. On peut penser que durant les toutes dernières heures du sommeil les yeux enregistrent la qualité de la lumière existant dans notre environnement, et qu’ils signalent au cerveau qu’il est temps de sortir du lit ou de rester enfoui sous les couvertures.’’

‘’Pendant des années j’ai conseillé à mes patients de relier leur lampe de chevet à un minuteur, de façon à mettre en marche la lampe, une heure ou deux environ avant l’heure programmée de réveil…


Les avantages du simulateur d’aube sont pour le Docteur Norman Rosenthal les suivants :

" 1/ sa taille compacte, qui est idéale pour les voyageurs – je ne voyage pas en hiver sans emporter le mien ;
2/ le fait que l’on puisse installer dessus n’importe quelle lampe à incandescence ;
3/ la possibilité de programmer la durée de la simulation d’aube, c'est-à-dire l’intervalle de temps entre l’obscurité complète et l’intensité maximale de la lumière
4 / Les recherches importantes sur le simulateur d’aube, qui ont démontré son efficacité dans la réduction des symptômes du Trouble Affectif Saisonnier."

Pour une utilisation efficace d’un point de vue thérapeutique, Norman Rosenthal recommande d’utiliser des lampes de 60 watts à 100 watts maximum , et de programmer la simulation sur une durée allant de une heure, à une heure trente. Il recommande surtout de combiner l’utilisation d’un simulateur d’aube avec celle d’une lampe de luminothérapie classique.

2 / Effets du simulateur d’aube sur la qualité du sommeil

Cette étude a été publiée dans le bulletin BMC Psychiatry de l’année 2003. Elle est particulièrement intéressante, car elle a porté sur des personnes en bonne santé et visait à déterminer l’influence du simulateur d’aube sur la qualité du sommeil.

Cette expérimentation a été menée par Sami Leppämäki, (1,2) Ybe Meesters (3), Jari Haukka (1), Jouko Lönnqvist (1), et Timo Partonen (1), membres respectivement des institutions suivantes :

1 - Departement of mental health, National Public Institute, Helsinki, Finlande.
2- Département de psychiatrie , Helsinki University Central Hospital, Espoo, Finlande.
3- Département de psychiatrie biologique, Academic Hospital Groningen, Hollande.

Présentation par les auteurs de l’étude :

‘’Nous présentons, à notre connaissance, la première étude sur l'effet de la simulation d'aube sur le sommeil sur une population non clinique’’.
‘’La lumière est le plus important indicateur de temps chez l'homme. Pendant l'hiver il est ainsi possible que l'horloge biologique devienne moins stable du fait de l'intensité inférieure de la lumière et d’une photopériode plus courte. Nous avons présumé que sur un certain nombre de personnes la simulation d’aube pourrait se révéler utile, l'hiver en particulier. Elle pourrait maintenir l'horloge biologique interne dans une phase désirée en relation avec l'heure réelle, empêchant la désynchronisation, facilitant le sommeil et améliorant le processus de réveil.’’
‘’L’exposition à la lumière le matin administrée sous forme de simulation d’aube parait une méthode prometteuse pour traiter le désordre affectif saisonnier, mais elle peut aussi aider à mieux réguler notre horloge biologique, pour tout ce qui touche au sommeil pendant l’hiver. Les troubles du sommeil sont assez communs et peuvent compromettre le bien-être même à court terme. Notre hypothèse était que la simulation d’aube pourrait améliorer la qualité subjective du sommeil pendant l'hiver’’

Protocole de l’expérimentation
A partir des registres de la population nationale finlandaise, il a été initialement constitué un échantillon aléatoire de 1000 personnes, âgées de plus de 17 ans.
Ces 1000 personnes ont été invitées par lettre à participer à une expérimentation relative aux effets de la simulation d’aube sur le sommeil. Seules pouvaient être retenues les personnes ne travaillant pas en équipe alternée, n’ayant pas été hospitalisées, et n’ayant pas utilisé de médicaments sur les six derniers mois. Il a été retenu sur ce premier échantillon un second échantillon aléatoire de 100 personnes.
Selon une méthode habituelle, le simulateur d'aube était placé sur une table de chevet, à côté du lit, à hauteur d'œil. La distance du simulateur aux yeux du patient était d’environ 30 centimètres, et l'illumination était la même pour toutes les personnes. L’intensité du simulateur était faible au départ (moins d’un lux) mais augmentait progressivement, atteignant le plus haut niveau au bout de 30 minutes.
Le simulateur d'aube devait servir de réveil matin habituel aux personnes ayant participé à l’expérimentation. L'expérience a duré huit semaines : deux semaines de simulation d’aube suivies de deux semaines sans simulateur, ce cycle étant répété sur les quatre semaines suivantes
L’évaluation de la qualité du sommeil était faite sur la base du questionnaire de Groningue (GSQS). Ce questionnaire permet de faire ressortir selon ses classifications, établies sur une échelle de 14 points, successivement un sommeil sans restriction et calme (0 à 2 points), un sommeil perturbé (6 à 7 points), ou un sommeil de très mauvaise qualité (au-delà).
Les résultats de l’étude se sont révélés positifs.
Sur les personnes ayant participé à l’expérimentation, 35% ont estimé que la simulation d'aube rendait leur sommeil de qualité meilleure ou un peu meilleure. 9.2% ont rapporté avoir éprouvé des effets secondaires attribués à la lumière.
L'interaction était fortement significative. La qualité du sommeil s'est améliorée constamment (0.19 unité par jour) pendant l'administration quotidienne de la simulation d’aube. Cela a pris six jours pour que l'avantage de ce type de traitement apparaisse, et après deux semaines, l'amélioration moyenne était 1.7 point.
Les auteurs concluent comme suit :
‘ Nos résultats suggèrent que la simulation d’aube améliore la qualité subjective du sommeil pendant les mois où il fait sombre, en automne et en hiver. Elle semble efficace pour les hommes et femmes en bonne santé, cela, quel que soit leur l'âge’’.
‘’La simulation d’aube semble être une méthode sure, relativement bien tolérée, et probablement un moyen efficace d'alléger modestement les troubles du sommeil liés à une moindre luminosité pendant l'hiver’’.

Annexe : Système d’évaluation de la qualité du sommeil De Groningue
1. J'ai eu un sommeil profond la nuit passée.
2. J'estime que j'ai mal dormi la nuit mal passée.
3. Il m’a fallu plus d’une demi-heure la nuit passée pour m’endormir.
4. Je me suis réveillé plusieurs fois la nuit passée.
5. Je me suis senti fatigué après m’être réveillé ce matin.
6. J'estime que je n'ai pas assez dormi la nuit passée.
7. Je me suis levé au milieu de la nuit.
8. Je me suis senti reposé après m’être réveillé ce matin.
9. J'estime que je seulement ai eu quelques heures de sommeil la nuit passée.
10. J'estime que j'ai bien dormi la nuit passée.
11. Hier soir, je n'ai pas fermé l'œil de la nuit.
12. Je n'ai pas eu de problème à m’endormir la nuit passée.
13. Hier soir, après m’être réveillé dans la nuit, j’ai eu du mal à me rendormir.
14. Je me suis tourné et retourné dans mon lit pendant toute la nuit.
15. Je n'ai pas dormi plus de 5 heures la nuit passée.

Méthodes d’évaluation
Toutes les questions comportent une réponse vrai / faux. La première question ne compte pas dans les points. Il est compté un point si la réponse est :
- VRAI, pour les questions 2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 13, 14, et 15.
- FAUX, pour les questions 8, 10, et 12

3 / Simulation d’aube contre luminothérapie classique dans le traitement de la dépression saisonnière: une étude comparative.

il s’agit d’un thème de recherche désormais récurent.
La tentation était grande en effet de comparer l’efficacité de la luminothérapie classique (l’exposition à une lumière vive de 5.000 à 10.00 lux pendant un laps de temps déterminé), à celui de la simulation d’aube. En effet, les simulateurs d’aube sont présentés de plus en plus souvent comme une alternative à la luminothérapie classique dans le traitement de la dépression saisonnière.
Les auteurs de l’étude sont Lingjaerde O, Foreland AR, et Dankertsen J., membres respectivement du Département de recherche et d’éducation, Gausatd Hospital, Oslo, Norvege.

Cette étude a été publiée dans Acta Psychiatre Scande. 1998 Juil ; 98(1).

Pour comparer l’efficacité respective de ces deux traitements, 61 patients externes atteints de dépression saisonnière, âgés de 20 à 70 ans, dont 80% de femmes, ont été testés pour recevoir :

- Soit un traitement de luminothérapie classique à 1500 - 2500 lux, administré pendant 2 heures le matin, durant 6 jours (pour 34 personnes) ;
- Soit un traitement de simulation d’aube à domicile, avec une intensité lumineuse de100 à 300 lux, augmentant progressivement sur une durée de 60 à 90 minutes, cela, pendant 2 week end (pour 27 personnes).

Le taux d’amélioration des patients sur la base d’un critère d’évaluation comparable (questionnaire dénommé ‘’MADRS’’) à la fin du traitement, a démontré 40% d’amélioration en moyenne sur le groupe simulation d’aube, et une moyenne de 57,4% d’amélioration dans le groupe luminothérapie.

La majorité des patients des deux groupes a maintenu cette amélioration pendant neuf semaines. L'âge, le sexe, une dépression majeure courante ou l'utilisation courante des antidépresseur n'ont pas influé sur les résultats de l'un ou l'autre groupe.
Aucun effet secondaire significatif n’a été observé.


4/ Simulation d’aube et luminothérapie classique dans le traitement de la dépression saisonnière : Une étude contrôlée.

Cette autre étude porte sur le même thème.

Ses auteurs sont :Avery Dh, Eder DN, Bolte MA, Hellekson Cj, Dunner DL, Vitiello MV, et Prinz PN. (Département de psychiatrie et de sciences comportementales, University of Washington School of Médicine, Harborview Medical Center, Seattle Washington).


Cette étude est présentée par ses auteurs comme suit :
‘’Quelques études de faible ampleur ont démontré que la simulation de l’aube est efficace dans le traitement du Trouble Affectif Saisonnier. Sur un échantillon plus large et une durée de traitement plus longue, nous avons comparé l’effet respectif sur des patients atteints de TAS, de la simulation d’aube, de la luminotherapie classique et d’une lumière placebo’’.

La méthode suivie pour cette étude était la suivante :
Des patients, un échantillon composé de 95 personnes, tous non soumis à un traitement médicamenteux, ont été placés dans trois situations différentes :

- Une lumière vive de 10000 lux pendant 30 minutes, de 6 heures à 6h30 du matin, (pour 33 patients) ;
- Une simulation d’aube avec une lumière de 250 lux, augmentant sur une durée d’une heure trente, de 4h30 à 6 heures du matin, (pour 31 patients).
- Une lumière rouge placebo, culminant à 5 lux pendant une heure trente, de 4h30 à 6 heures du matin.

Pendant 6 semaines les résultats ont été évalués sur la base du questionnaire d’évaluation ‘’SIGH SAD’’

Le résultat démontré a été le suivant : La simulation d’aube a été associée à une plus grande rémission à et de plus forts taux de réponses que le placebo ou la luminothérapie classique.


5 / Une étude contrôlée sur la simulation d’aube et le sub-syndrome du Trouble Affectif Saisonnier.

Cette étude porte sur l’effet de la simulation d’aube sur la manifestation légère du Trouble Affectif Saisonnier, (également dénommée sub-syndrome du TAS). Elle a été publiée dans Acta Psychiatr Scand. 1993 juillet ; 88(1).

Les auteurs en sont : Norden MJ, et Avery DH. (Département de psychiatrie et de sciences comportementales, University of Washington School of Médicine, Seattle).


Un échantillon aléatoire de 16 personnes présentant des symptômes récurrents saisonniers pendant la période automne - hiver, mais sans dépression majeure, a suivi un traitement de simulation d’aube sur une durée de quatre jours, comportant :
- d’une part une intensité lumineuse évoluant graduellement pendant 45 minutes pour atteindre 100 lux, (simulation d’aube lente)
- d’autre part, pendant 4 jours également, une intensité lumineuse augmentant très rapidement pour culminer à 100 lux, (simulation d’aube rapide).

Au terme de cette étude, il est apparu que la simulation d’aube sur une longue durée (aube lente) s’est révélée sensiblement meilleure que le processus habituel et que la simulation d'aube rapide, cela, en améliorant les mesures subjectives de l'énergie, de l'humeur, de l'intérêt social, de la qualité du sommeil et de la qualité du réveil.

6 / Autres Références.

- La simulation d'aube peut elle améliorer la difficulté à se réveiller dans une dépression saisonnière associée à une hypersomnie ?
Auteurs : Avery DH, Kouri ME, Monaghan K, Bolte MA, Hellekson C, Eder D.
Publication : J Affective Disorder 2002 Mai 69 (1-3).
Langue : Anglais.


-La simulation de l’aube et le système circadien.
Auteurs : Wehr TA, Aeschbach D, Duncan Wc junior.
Publication : .J Physiol 2001, 535, 937.
Langue : Anglais.


- La simulation de l’aube en tant que thérapeutique.
Auteurs : Terman M, Schlague D, Fairhurst S, Perlman
Publication : Biol. Psychiatry, 1989, 25.
Langue : Anglais.


-Trouble Affectif saisonnier- Une solution nouvelle avec l’aube ?
Auteur : Eagles JM.
Publication : Revue Lancet, 2001, 358.
Langue : Anglais.


- Simulation de l’aube et luminothérapie. Etude comparative.
Auteurs : Lingjaerde O, Foreland AR, Dankertsen J:
Publication : Acta Psychiatr. Scand 1998, 98.
Langue : Anglais.


- La simulation de l’aube pour un réveil facile.
Auteurs : Meesters Y, Beersma DGM, Partonen TT:.
Publication : Soc. Light Treatment Biol. Rhythms Abstr. 1999, 11.
Langue : Anglais.


- Avance de phase avec la simulation d’aube sur des êtres humains.
Publication : revue Chronobiology international, journal of biological and medical rythm, volume 17, Is.5.
Langue : Anglais.


-Troubles du sommeil chez les personnes âgées.
Auteurs : Phillips B, Ancoli-Israel S,
Publication : Sleep Med. 2001, 2:99.
Langue : Anglais.



Notre boutique :
Lampes de luminothérapie
Simulateurs d'aube

En savoir plus :
Essais cliniques sur le simulateur d'aube
La luminothérapie
Les simulateurs de l’aube
Comparatif
La dépression saisonnière
Quizz-Test

Interviews :
Jean Claude Neller, Psychologue clinicien
Gérard Pons, Président de l’Association Française de Luminothérapie

Retourner à ma page précédente
Retour à la page d'accueil


 
RELAXATION | BIEN-ETRE | DIETETIQUE | CADRE DE VIE | FORME | NOUS CONTACTER
Ce site a été déclaré à la CNIL sous le n°1040816. Mentions légales
Copyright © Site optimisé pour un affichage 800x600

ZeStress.com > Le simulateur d'aube - études