Luminothérapie : interview Gérard Pons - ZeStress.com
  accueil Bien-être Cadre de Vie Diététique Forme Relaxation
 

Luminothérapie : interview Gérard Pons


Newsletter
S'abonner Ok

Infos : Simulateur d'aube
En savoir plus
Ses effets prouvés
Faq simulateur d'aube
Etudes
Comparatif

Infos : luminothérapie
En savoir plus
Faq luminothérapie
Que choisir ?
Sad et luminothérapie
Quizz-Test
Interview
Illuminez votre vie
News

Eclairage naturel
Eclairage au travail
Interview
Bienfaits de   l'éclairage naturel

Gestion du stress
Le stress
Gérer son stress
Test
Revues du bien-être
News à lire
Relaxation en ligne

NOTRE BOUTIQUE
Simulateur d'aube
Lumie 300
Lumie 200
Luminothérapie
Sommeil
Travail de nuit
Lumière du jour
Vie pratique
Livres
Photothérapie
CD de relaxation
Oméga 3
Loisirs détente

NOS PROMOTIONS





169 127 €


Autres promos

services clients

• Satisfait ou   remboursé
• Délais de livraison


• Qui sommes-nous ?
• Plan du site
• Nos partenaires

 

LA LUMINOTHERAPIE

   
   
 

Gérard Pons
Président de l’Association Française de Luminothérapie

 
   


ZESTRESS : Le phénomène du "blues de l’hiver"’ est une forme de dépression très connue. Comment s’en prémunir ?

Gérard Pons : Vous évoquez le blues de l’hiver, mais je précise d’abord que c’est une forme atténuée d’un syndrome beaucoup plus sévère, le Trouble Affectif Saisonnier ou TAS. En fait vous avez le TAS mais aussi "le blues de l’hiver’", qui est sa forme légère.

Pour répondre à votre question, avant tout, incontestablement, le plus important est de bien s’éclairer.

En effet ces troubles sont liés à un manque de lumière naturelle. Notre moral a tendance à suivre à la baisse, en quelque sorte, la diminution brusque de luminosité naturelle, intervenant entre l’été et la période automne-hiver.

Cette insuffisance de lumière naturelle pendant cette période va entraîner pour l’organisme une série de bouleversements biochimiques, ayant pour résultat une baisse d’énergie et du moral. D’autre part, il ne faut pas perdre de vue qu’en période d’hiver, nous passons moins de temps à l’extérieur, et plus de temps enfermés à l’intérieur de notre maison ou de notre bureau, où l’éclairage est souvent faible et mal adapté.

ZESTRESS : D’où l’usage de la lumière ?

Gérard Pons : Effectivement. L’exposition à la lumière va permettre de corriger ces troubles. C’est le Professeur Norman Rosenthal qui est le père fondateur du traitement de luminothérapie.

Il y a quelques années, les séances de luminothérapie étaient le plus souvent suivies en milieu clinique ou hospitalier. Ceci a été bouleversé avec la mise en vente sur le marché de lampes de luminothérapie. Ceci a permis d’échapper aux contraintes liées aux rendez vous en clinique ou en hôpital, d’autant qu’il s’agit d’une thérapie très simple à suivre à domicile.

En effet les lampes actuelles peuvent s’adapter à plusieurs positions et permettent donc de mener ses activités courantes, dès lors qu’on est installé à proximité de la lampe. Elles peuvent par exemple être facilement être transportées d’une pièce à l’autre dans la maison, et donc s’adapter à de multiples usages.

Ces séances à domicile ont vite présenté un autre avantage. Les effets du traitement de luminotherapie s’estompent en effet au bout de quelques semaines et il faut donc reprendre le traitement. L’avantage de ces lampes est de permettre de poursuivre le traitement à domicile.

ZESTRESS : L’utilisation pendant une journée entière d’une lampe de luminothérapie ne présente pas elle de dangers ?

Gérard Pons : Apres la séance de luminothérapie, il suffit en pratique de tourner le réflecteur vers le bas afin d’obtenir une lumière moins intense, et donc d’utiliser la lampe comme simple lampe de travail. Désormais, pour un usage prolongé au bureau, il existe des lampes spéciales de 4000 lux.

De façon plus large, je dois préciser qu’une séance de luminothérapie est nettement moins dangereuse qu’une séance d’UV dans un cabinet d’esthétique, toutes les études s’accordent à le démontrer. C’est justement la quasi absence d’effets secondaires de la luminothérapie qui a aussi fait son succès.

ZESTRESS : Qu’est ce qu’un lux ?

Gérard Pons : C’est la lumière d’une bougie éclairant à un mètre de distance.

ZESTRESS : Quel est l’effet thérapeutique de l’exposition à la lumière vive ?

Gérard Pons : Je citerai un spécialiste hollandais, le Professeur Ton Begemann :
" Un stimulus avec un effet immédiat à court terme". Plus concrètement l’un des avantages immédiats de ce type de thérapie c’est de permettre à leurs utilisateurs de retrouver très rapidement optimisme et énergie. Au minimum, je dirais que c’est un petit ballon d’oxygène pour notre moral et notre tonus physique.

ZESTRESS : Cette thérapie est surtout connue en Amérique du nord et dans les pays scandinaves ?

Gérard Pons : Effectivement. En Finlande plus de 50% des foyers sont équipés de lampes de luminothérapie. Des compagnies comme IBM et Rank Xerox, les chaînes d’hôtel Hilton, utilisent des lampes de luminothérapie de façon très courante.

ZESTRESS : Pourtant, il est difficile d’imaginer ce type de thérapie en France, pays méditerranéen et donc très ensoleillé.

Gérard Pons : Même en France, la lumière du jour est insuffisante pendant la période automne-hiver, par rapport au besoin de lumière de notre organisme. Il suffit de penser aux journées sombres et couvertes de novembre. Je pourrais également, pour parler d’un pays voisin, citer Jacques Brel qui parle d’un ‘’plat pays, avec un ciel si bas qu’un canal s’est pendu’’.

ZESTRESS : Quelle est la puissance des lampes utilisées pour ce traitement ?

Gérard Pons : La tendance est d’utiliser des lampes de 10.000 lux. En effet, plus le nombre de lux est important, plus la durée d’exposition à la lumière pourra être réduite, ce qui permet de libérer son temps. De façon générale, on est passé en quelques années d’une exposition de 2 à 4 heures pour des lampes variant de 2500 à 5000 lux, à une exposition 30 minutes de nos jours pour une lampe de 10000 lux.

ZESTRESS : Pourquoi ce traitement est il suivi en général tôt le matin ?

Gérard Pons : Pour éviter d’interférer avec le cycle sommeil éveil. C’est donc un principe de prudence.
Par contre, ce type de traitement a une efficacité optimale lorsqu'il est suivi régulièrement à la même heure, et dans un cadre relaxant.

ZESTRESS : Puisque la tendance de l’époque est aux économies d’énergies, pouvez nous indiquer quelle est la consommation électrique d’une lampe de 10000 lux ?

Gérard Pons : Ces lampes sont en général équipées d’ampoules de 85 watts. La consommation électrique est donc inférieure à celle d’une ampoule de 100 watts.

ZESTRESS : Quand commencer un traitement de luminothérapie ?

Gérard Pons : les recherches ont démontré qu'il est préférable de commencer le traitement tôt à l'automne, dès l'apparition des premiers symptômes, plutôt que d'attendre que la dépression soit installée.

 



Notre boutique :
Lampes de luminothérapie
Simulateurs d'aube

En savoir plus :
Essais cliniques sur le simulateur d'aube
La luminothérapie
Les simulateurs de l’aube
Comparatif
La dépression saisonnière
Quizz-Test

Interviews :
Jean Claude Neller, Psychologue clinicien
Gérard Pons, Président de l’Association Française de Luminothérapie

Retourner à ma page précédente
Retour à la page d'accueil


 
RELAXATION | BIEN-ETRE | DIETETIQUE | CADRE DE VIE | FORME | NOUS CONTACTER
Ce site a été déclaré à la CNIL sous le n°1040816. Mentions légales
Copyright © Site optimisé pour un affichage 800x600

ZeStress.com > Luminothérapie : interview Gérard Pons